Augmentation mammaire par prothèses

Les seins ont une symbolique très forte et toute altération de leur volume, de leur forme ou de leur tenue (affaissement) est vécu comme une atteinte à la féminité de la patiente souvent associée à un mal-être.

La pose de prothèses mammaires vise à corriger le manque de volume des seins insuffisamment développés par rapport à la morphologie. L’intervention peut se pratiquer dès l’âge de 18 ans.

Les prothèses mammaires

Il existe de nombreux types de prothèses qui se caractérisent par leur taille, leur volume, leur forme (ronde ou anatomique), et leur composition. Actuellement, dans la grande majorité des cas en France et dans le Monde, les prothèses mammaires sont pré-remplies de gel de silicone de nouvelle génération, dits « cohésifs » ou hautement cohésifs : c’est-à-dire que le contenu est moins fluide, limitant les risques de fuite en cas de rupture éventuelle de l’enveloppe de la prothèse. Les dernières innovations confèrent aux prothèses mammaires une grande fiabilité tant du point de vue du naturel du résultat, que de leur innocuité dont elles ont fait la preuve ces dernières années.

La consultation tiendra compte de nombreux critères :âge, taille et poids, traitement hormonal éventuel, taille du soutien-gorge et désirs de la patiente, des mesures seront prises, l’élasticité de la peau sera appréciée ainsi que le volume de la glande mammaire par rapport à la morphologie de la patiente.

A la fin de l’examen clinique, le Dr Richard AZIZA sera en mesure de vous proposer la taille idéale de votre future poitrine et les modalités opératoires (emplacement des cicatrices, volume et type de prothèses mammaires, séjour en clinique).
Le Dr Richard AZIZA pose des prothèses mammaires des Laboratoires ALLERGAN.

Avant l’intervention, une mammographie sera prescrite avec échographie mammaire, un bilan biologique sera également demandé lors de la consultation pré-anesthésique au plus tard 48h avant l’intervention. De même il sera demandé d’arrêter toute prise d’aspirine au moins 10 jours avant l’intervention et d’arrêter le tabac 1 mois avant.

Anesthésie et hospitalisation : le plus souvent, l’intervention est réalisée sous anesthésie générale avec un séjour en clinique de 24h, en chambre individuelle.

L’intervention de l’augmentation mammaire

illu-prothese1Plusieurs voies d’abord sont possibles

  • Au niveau de l’aréole, dans sa moitié inférieure.
  • Au niveau de l’aisselle.
  • Dans le sillon sous mammaire.

De même les prothèses peuvent être placées en avant ou en arrière du muscle pectoral. La prothèse peut être également positionnée à la fois en arrière du muscle dans sa partie haute et en avant dans sa partie basse, derrière la glande mammaire : il s’agit du Dual Plan, véritable innovation technique et esthétique.

Le résultat : Sera apprécié après un délai de 2 à 3 mois pour être définitif. Temps nécessaire pour que les prothèses prennent leur place et que les seins retrouvent leur souplesse.

Risques spécifiques des prothèses mammaires

  • Coques

    Il s’agit d’une perte de la souplesse du sein, allant d’un simple raffermissement à une constriction gênante de la prothèse donnant un aspect de boule nécessitant le changement de la prothèse et l’ablation de cette capsule rétractile. Ce risque est devenu rare avec les nouvelles générations de prothèses.

  • Plis ou vagues cutanées

    Plis ou vagues cutanées : pouvant survenir chez des patients minces. Leur correction se fait par injection de graisse (lipomodelage).

  • Rupture de l’implant

    Elles sont rares aujourd’hui. Le bilan radiologique permettra de préciser le type de rupture (intra ou extra capsulaire). Le changement de la prothèse est nécessaire.

  • Epanchement séreux tardif

    Complication très rare qui peut imposer une cyto-ponction radio-guidée avec examen spécifique pour éliminer un Lymphome anaplasique à grandes cellules : cette pathologie très rare a été récemment décrite. Cependant compte-tenu des données disponibles très limitées, il est conseillé de faire chaque année un examen clinique et une échographie après prothèse mammaire (voire une IRM en cas de besoin).